Le Séminaire de Sion se trouve à Givisiez (Fribourg) en raison de la présence de la Faculté de théologie catholique à l'Université de Fribourg, où les séminaristes du diocèse reçoivent leur formation académique. Le Séminaire n'est donc pas un lieu d'enseignement universitaire, mais de vie communautaire et liturgique et de formation humaine et spirituelle.

DSC01064.JPG  

Conformément aux directives magistérielles et aux orientations de la Conférence des évêques suisses, le Séminaire de Sion offre un encadrement structuré autour des quatre dimensions de la formation au presbytérat: humaine, spirituelle, intellectuelle et pastorale. Il accueille également des séminaristes d'autres diocèses (sur recommandation de leur évêque), des prêtres étudiants et des professeurs de la Faculté de théologie. En revanche, il n'est pas ouvert aux étudiants non théologiens.

- La formation humaine : "La formation humaine du prêtre revêt une importance particulière en raison de sa relation aux destinataires de sa mission. En effet, pour que son ministère soit humainement plus crédible et plus acceptable, il faut que le prêtre modèle sa personnalité humaine de façon à en faire un "pont" et non un obstacle pour les autres dans la rencontre avec Jésus Christ... Ce n'est donc pas seulement pour acquérir un nécessaire et juste épanouissement et pour se réaliser eux-mêmes, mais aussi pour la pratique de leur ministère, que les futurs prêtres doivent cultiver un ensemble de qualités humaines, indispensables à la construction de personnalités équilibrées, fortes et libres" (Jean-Paul II, Pastores dabo vobis, n. 43). Au Séminaire de Sion, cette formation humaine s'acquiert par le simple fait de la vie quotidienne en communauté, dans l'entraide et la charité fraternelle. Elle est aussi soutenue par des cours de psychologie et de supervision, ainsi que par des stages et des expériments en milieu social ou caritatif.

- La formation spirituelle : "La formation spirituelle sera donnée de telle façon que les séminaristes soient préparés à vivre dans la communion continuelle et familière avec le Père, par son Fils Jésus Christ, dans l'Esprit Saint... On leur apprendra à chercher le Christ dans une méditation fidèle de la Parole de Dieu, dans une communion active aux très saints mystères de l'Eglise, en premier lieu dans l'Eucharistie et l'office divin" (Pastores dabo vobis, n. 45). La célébration quotidienne de l'eucharistie et de la Liturgie des Heures, l'adoration eucharistique communautaire et l'oraison personnelle, la retraite annuelle et les récollections contribuent à introduire le séminariste dans cette " communion continuelle et familière " avec Dieu, fondement indispensable de sa vocation. Par ailleurs, chaque séminariste rencontre régulièrement son Père spirituel et participe activement à la vie liturgique de la communauté.

- La formation intellectuelle : "L'obligation de l'étude, qui occupe une partie notable de la vie du candidat au sacerdoce, n'est pas un élément extérieur et secondaire du développement humain, chrétien et spirituel de sa vocation. En réalité, par l'étude, surtout de la théologie, le futur prêtre adhère à la Parole de Dieu, grandit dans la vie spirituelle et se dispose à accomplir le ministère pastoral" (Pastores dabo vobis, n 51). En complément à l'enseignement dispensé à la faculté de théologie de l'Université de Fribourg, les diocèses de Suisse romande proposent, surtout dans le cadre de l'Année de discernement, quelques cours spécifiques à la formation des candidats au sacerdoce (spiritualité, vie et ministère du prêtre) ou rattachés au contexte local de la Suisse romande (histoire des diocèses romands).

- La formation pastorale : "Toute la formation des candidats au sacerdoce est destinée à les disposer d'une façon plus particulière à communier à la charité du Christ Bon Pasteur. Cette formation doit donc, dans ses divers aspects, avoir un caractère essentiellement pastoral" (Pastores dabo vobis, n. 57). Même si le temps du Séminaire n'est pas encore (et ne doit pas être) celui d'un grand engagement pastoral, quelques stages et le contact régulier avec une " paroisse de référence " permettent au séminariste de se familiariser avec la réalité pastorale et ecclésiale de son diocèse, ce qui constitue aussi un élément de vérification et de discernement de sa propre vocation.